01 84 14 69 81
7 Rue des Sablons
95220 Herblay
Vous appréciez, partagez !
Elodie Claudel téléphone01 84 14 69 81
Adress20 Rue Jean Leclaire 95220 Herblay

  La sciatique du coureur

31/10/2016 11:40
 
LA SCIATIQUE DU COUREUR
 
Vous courez, vous avez mal dans la fesse et ça descend dans la jambe. On vous parle de sciatique.

Le nerf sciatique sort du bas de la colonne vertébrale et se dirige vers l’arrière, dans le membre inférieur. Il recueille les sensations provenant de ce territoire et véhicule les ordres de contractions aux muscles de ce secteur. Entre les vertèbres, il existe un amortisseur anatomique : le disque.

À force de contraintes, il arrive que celui-ci s’aplatisse et bave en arrière, c’est la « protrusion discale ». Parfois, il se déchire et la matière visqueuse gicle en arrière : c’est la « hernie discale ». Ces deux lésions banales et fréquentes peuvent toucher le nerf sciatique. Il devient alors douloureux sur tout ou partie de son trajet.

De manièère moins pathologique, le nerfs sciatique peut-être comprimé par des bloquages articulaires au niveau des lombaires, du sacrum ou musculaire.

Dans le cas du coureur, le muscle pyramidal peut en être la cause!!

Ce petit muscle part du sacrum, l’os en cône situé à la base de la colonne vertébrale et qui s’encastre dans le bassin. Il rejoint le haut du fémur, l’os de la cuisse. Ainsi, il contribue à stabiliser et à contrôler la position de l’articulation dite « sacro-iliaque ». Quand il se contracte, il fait aussi tourner le membre inférieur et le pied vers l’extérieur.

La sciatique du pyramidal est classique chez le coureur

 
Cette blessure provient de :

l’association entre des particularités anatomiques et un surmenage mécanique. Chez 90 % des individus, le nerf sciatique passe au-dessus du muscle pyramidal. Dans les autres cas, il le traverse et devient donc beaucoup plus sensible à une compression musculaire. Le plus souvent, cette dernière est provoquée par une augmentation de volume consécutive à son renforcement par hypersollicitation.
  • d' une mise en tension excessive suite à l’imperfection de votre foulée. Dans ces conditions, le coincement du nerf peut être aggravé par une contracture de votre pyramidal résultant de son épuisement. Plus rarement, c’est une cicatrice fibreuse après claquage musculaire qui pince le nerf sciatique. Chez le coureur, de nombreuses circonstances favorisent un surmenage du pyramidal.
  •  
  • d'une inégalité de longueur des membres inférieurs cisaille l’articulation sacro-iliaque et provoque une bascule du bassin autour des hanches. Le pyramidal est alors particulièrement sollicité pour stabiliser ces deux articulations.
  • Un dos très cambré éloigne le sacrum du fémur. Cette fois, votre pyramidal est mis en traction. Si vous courez en tirant sur vos bras, vous faites beaucoup tourner votre bassin, vos hanches doivent pivoter en sens inverse pour que vos pieds restent dans l’axe de votre déplacement.
  • augmentation trop rapide du kilométrage hebdomadaire
  • excès de fractionnés
  • trop de parcour en devers, terrain glissant,...
 
Le traitement ostéopathique proprement dit portera sur la libération des zones de compression situées aussi bien à l’origine du nerf que sur l’ensemble des structures susceptibles de le comprimer sur son trajet.
D’une manière générale, le traitement sera basé sur:
  • une bonne mobilité lombaire
  • un sacrum libre
  • triade musculaire relachée: piriforme, carré des lombes, psoas
  • une bonne mobilité de l’ensemble du bassin
  • une rééquilibration de l’axe crane-sacrum
  • une rééquilibration des membre inférieur
  • une bonne mobilité cervicale ( en lien avec les lombaires)
  • toute dysfonctions qui jouera sur la compression nerveuse au cas par cas.
En fin de consultation, je pourrais vous adresser des exercices ou des conseils permettant de réduire sensiblements vos douleurs ainsi que la récidive des symptômes.

 
 

Retour